Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Diocèses

http://catholique-paris.cef.fr/-45-20-Mot-de-la-semaine-audio-.html
Mot de la semaine de
Mgr André Vingt-Trois

http://www.radionotredame.com/Emissions.asp?Code=488
L'entretien du cardinal
Mgr André Vingt-Trois

http://www.radionotredame.com/Emissions.asp?Code=289
  Paroles d'Evêques

http://www.cef.fr/catho/vieglise/conf_eveque/eveques/index.php

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J -K - L
M - N - O - P - Q - R - S - T - V - W - Z
cardinal hat
The Cardinals of the Holy Roman Church

 General List of Cardinals (112-2007)
http://img256.imageshack.us/img256/8250/vetementscardinal.jpg
Les Cardinaux de la Sainte Eglise romaine

Liste générale des Cardinaux (112-2007)
http://catholique-paris.cef.fr/
L
es diocèses de France
http://www.messesinfo.cef.fr/

http://www.eglise.catholique.fr/ressources-annuaires/guide-de-leglise/dioceses-et-paroisses/carte-des-dioceses.html
3 novembre 2016 4 03 /11 /novembre /2016 00:00

Evêques de Liège

Adolphe de La Marck
 
Né en Août 1288 
Décédé le 3 novembre 1344

La pierre commémorative en Feks-le-O-Klosher (Fr. Fexhe-le-Haut-Clocher), qui a été signée le monde Feksky.
L'inscription sur la pierre

La liberté individuelle et à un procès équitable (Fr. Liberté individuelle et bonne justice)

Prévôt de Worms, de Cologne
 
Chanoine de Cologne
 
Evêque de Liège et Prince du Saint-Empire (1313)
oncle d'Engelbert de La Marck
 

   3eme fils d'Eberhard II, comte de la Marck, et de Ermengarde ou Irmgard de Limbourg ou von BERG (+1294)

 

Il fut prince-évêque de Liège du 04.04. 1313 03.11. 1344.

 

A l'âge de 10 ans il devient prévôt de St Martin à Worm.

 

En 1308 il est prévôt de St Séverin à Cologne puis en février 1310, il y devient chanoine métropolitain.

 

Il part faire ses études à Orléans puis est intonisé évêque de Liège par Clément V.

 

Il fut un des princes les plus autoritaires de son époque et fut en lutte perpétuelle contre ses sujets.

 

En tant qu'ecclésiastique, il prend les mêmes armes que son frère Englebert II de la Marck c'est-à-dire d'or à la face échiquetée de 3 tires d'argent et de gueules.

 

Il signa la Paix de Fexhe en 1316 et la Paix de Jeneffe en 1330. C'est sous son épiscopat que fut signée la Paix des Lignages, mettant fin à la Guerre des Awans et des Waroux.

 

En 1343, il autorisa la création du Tribunal des XXII, consacrant le principe de la responsabilité de tous les fonctionnaires publics.

Précédé par
Thiébaut de Bar
Prince-évêque de Liège
LuikVlag.svg
13131344
Suivi par
Engelbert III de La Marck

 

Repost 0
Published by La Cité du Vatican - dans EVEQUES
commenter cet article
3 novembre 2016 4 03 /11 /novembre /2016 00:00

 

eveque00

Michael Fu Tieshan

 

76 ans, évêque chinois, chef de l'« Église officielle » de Chine 

 

Michael Fu Tieshan

(en Chinois simplifié: 傅铁山, en Chinois traditionnel: 傅鐵山)

 

né le 3 novembre 1931 dans le district de Qingyuan de la province du Hebei

mort le 20 avril 2007 à Beijing

http://1.bp.blogspot.com/_g_qXXK7DGE4/Rik9iItNjlI/AAAAAAAAA5Y/2f-Wj6Pd79o/s400/ChurchTan.jpg

 

évêque catholique chinois qui fut le chef de l'Association catholique patriotique chinoise

c'est-à-dire de l'Église « officielle » de Chine

http://www.catholicvoiceoakland.org/images/050707Tieshan.gif

dont les évêques ne sont pas toujours reconnus par l'Église catholique romaine.

Biographie 

http://www.lifeinlegacy.com/2007/0421/FuTieshan.jpg

Fu fut d'abord prêtre puis devint en 1979 évêque du diocèse catholique de Pékin.

Il fut nommé à la tête de l'église « officielle » de Chine en 1998 et en 2003, devint vice-président de la commission permanente de l'Assemblée nationale populaire chinoise.

 

Anthony Liu Bainian, le vice-président de l'Association a expliqué que Fu Tieshan était mort dans un hôpital de Pékin des suites d'un cancer du poumon, ajoutant que Fu « était un dirigeant respecté qui guidait les croyants et les prêtres dans le développement de l'église chinoise et œuvrait pour qu'elle soit conforme à notre socialisme avec des caractéristiques chinoises»

  1. (fr) Nécrologie de l'agence de presse Xinhua
  2. (fr) Article La libre Belgique du 23 avril 2007
  3. (fr) Hommage à l'évêque Fu Tieshan, Beijing information, 1er mai 2007
  4. (en) Fu Tieshan, « tragic » figure of the Chinese Patriotic Church, dies - AsiaNews
Repost 0
Published by La Cité du Vatican - dans EVEQUES
commenter cet article
10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 12:55

Evéques de Carcassonne.

 

i. Saint Hilaire.

 

On ignore en quel temps il a vécu : on dit que c'est du temps des Ariens, mais cela ne décide rien, puisqu'il est constant que les Visigoths, qui furent maîtres de Carcassonne depuis le cinquième siècle jusqu'au commencement du huitième, ne se convertirent de l'ariunisme à la fui catholique que vers la lin du sixième.

 

Saint Hilaire peut avoir vécu par conséquent dans ce dernier, et avoir précédé Sergius ; aussi nous ne le plaçons ici que par cette conjecture.

 

Il fut inhumé dans une église de son diocèse, dédiée sous l'invocation de saint Saturnin : on y joignit depuis un monastère qui portait déjà le nom de saint Hilaire avec celui de saint Saturnin au commencement du neuvième siècle.

 

On en fait la fête dans le diocèse de Carcassonne le 3 juin, conjointement avec saint Valére, qui pourrait bien, par une faute de copiste, être le même que saint Hilaire, ces deux noms pouvant se confondre aisément, a. Serge, qu'on croit à plus juste titre le premier évêque de Carcassonne, assista au troisième concile de Tolède, et à celui de Narbonne en 589.

 

3. Solemne 

souscrivit au quatrième concile do Tolède en 639, par son procureur Donelle, archidiacre de Carcassonne.

 

4. Silvestre

au concile de Tolède en 653.

 

5. Etienne

fut représenté dans le concile de Tolède en 683 par Citruin, abbé de Castres et ensuite évêque d'Alby.

 

6. Hiscipion ou Hispicion

sous les rois de France, souscrivit au concile de Narbonne de 791, contre Félix d'Urgel.

Il vécut jusqu'en 798.

 

6. Boger

ordonné en 800 par Léon III, à la demande de Charte magne, qui avait rétabli la foi catholique à Carcassonne.

 

8. Senior

siégeait le 14 octobre 8i3.

g. Liviula, siégeait en 85i. ( Voyet Hist. du Languedoc, t. >, p. 55i.)

 

10. Eure

assista au concile de Tousy en 860.

 

11. Arnulfe

abbé de Saint-SauTeur d'Aniane, siégeait en 875.

la.Gulernn ou Willeran,assistaau jugement porté en faveur de Récamond, abbé de Saint-Hilaire, en 883, au concile de Nîmes en 887, et à un autre de la même ville en 897, sous l'archevêque Arnuste.

 

13. Guimera ou Gimera

( saint Gimier), succéda a Willeran en 903. Il se trouva aux conciles de Barcelonne en 906, d'Agde en 907, de Maguetone en 909, etc.

Il mourut en 931.

\l\. Abbon, siégeait vers l'an 932.

 

i5. Wisand , Guisand ou Gesand, en 936. Il assista au concile de Narbonne en 947. Il vivait encore en 951.

 

16. Fiancon ou Francus

en 965.

On dit qu'il transféra le corps de saint Hilaire,évêque de Carcassonne, en présence de Benoit, abbé de Saint-Hilaire, et du comte Roger, en 978.

(Bolland, tom. a, juin, page 81, j>ro/.J

 

17. Ecmeric

siégeait en 983 et 986.

 

18. Adalbert ouAdarbert

siégeait en 1004.

Il assista à l'assemblée d'Urgel, popr établir dans le chapitre de cette église la vie régulière, et à un concile de Toulouse en îoao.

 

19. Foulques

se trouva à la dédicace de l'église de Saint-Sauveur ou de Saint-Martial de Limoges, en 1028.

 

20. Guifrède ou Wifrèdc

siégeait en io3i, alla au concile de Narbonne le 17 mars 1o43, à un autre de la même ville en 1o54

 

21. Arnauld Ier

assista au concile de Toulouse en 1o56.

 

22. Bernard Ier

siégeait en 1072.

 

23. Pierre Artaud

assista en 1077 au concile de Besalu en Espagne, où Guifrède de Narbonne fut excommunié, et l'année suivante à celui de Girone.

 

24. J. Pierre II

siégeait en 1o85

Il avait été abbé du Mont-Olive.

Il asassista au concile de Toulouse en 1090,3 celui de Narbonne en 1091.

Le pape Urbain ll consacra son église

cathédrale en 1096.

Pierre mourut après l'an 1100.

 

25. Guillaume I«

siégeait en 1106.

 

26. Rainiond I", siégeait en 1107 et 1110.

 

37. Arnauld II

en iu3. Il assista au concile de Toulouse, célébré par Calixte III on 1119, à celui de Narbonne en 1139.

 

28. Raimond II

surnommé Sorecenis, en Ii3i.i1 assista au concile de Narbonne en n34, snus Arnauld, archevêque de cette ville, et à celai de ii^o.

Il mourut en 1 ■ 4■

 

39. Ponce I" de Tresmals

siégeait en 114'-'-> et mourut en 1159.

 

3o. Ponce II de Brugal

siégeait en 1163, ayant été élu en 1159, suivant un vieux registre en parchemin de l'église de Carcassonne.

 

3t. Othon 

prévôt et sacriste de Carcassonne, élu en 1170, siégeait encore en 1197.

 

31. Bérenger I"

neveu d'Othon, archidiacre, siégeait en 1201 et en 1307, et fut chassé par les hérétiques Albigeois.

 

33. Bernard de Rochefort

chanoine, élu au mois de mars en 1209, rendit de grands services a l'armée des croisés.

Il demanda au pape Innocent III la permission d'abdiquer, qui lui fut accordée aussitôt.

Ce pontife le supposait apparemment dans les mêmes seutimens que son frère, qui était un des plus ardens défenseurs des Albigeois.

 

34. Guy, abbé de Vaucernay

fait ôvêquedeCarcassonne a la recommandation du comte de Montfort, contribua beaucoup aux succès des croisades.

C'était un homme zélé, prudent et savant.

Il fut élu en isio, lorsqu'il alla en France pour prêcher la croisade.

On remarque qu'il choisit par préférence à ceux de son Ordre, pour tenir sa place, saint Dominique, qu'il établit vicaire-général de son diocèse.

Il parait que Guy mourut vers l'an 1231.

 

35. Clarin ou Clar. Il faut que ce soit lui dont parle la Chronique d'Alberic à l'an 1226, p. 5ao , en ces termes :<t Toute la province fut conM quise (sur les hérétiques), et le roi »> nomma deux évoques, l'un à Aviuenou, l'autre à Caicassonne. u

II mourut en ia43.

 

36. Guillaume II

archidiacre , élu en 1048.

Il assista au concile de Béziers sous Guillaume de Narbonne en ia55.

 

37. Guillaume III

en 1255, reçut dans son palais épiscopal les religieux de l'Ordre de Saint-Dominique, dont le monastère avait étérenTersépar un débordement des eaux, et les entretint de ses propres fonds depuis la lé te de tous les saints jusqu'au premier dimanche de carême de l'année suivante ; il leur permit encore de s'établir dans un terrain appelé Aiguës-Mortes.

Il se trouva au concile île Béziers au mois de mai 1357.

On voit au greffe de Carcassonne une lettre de saint Louis écrite au sénéchal pour lui ordonner de céder près du bourg une place vacante aux religieux de Saint-Dominique pour y bâtir un monastère, et «le leur payer cent livres tournois pour fournir à la dépense. Eu conséquence l'évéque, du consentement de son chapitre, donna, au nom du roi, au-delà de la rivière , à Pierre d'Auteuil, alors sénéchal, un emplacement où les religieux s'établirent. Guillaume siégeait encore en 1264.

 

38. Renard II de Canpendu, siégeait en 1265, et mourut en 1278.

 

39. Gauthier, archidiacre, fut élu en 1278, assista au concile de Béziers en 1279.

 

40. BérengerlI. Il mourut en 1280, selon le P. Martenne.

 

41.Isarne, siégea environ trois ans.

 

42. Pierre II de la Chapelle, village de la Marche limousine, siégeait en 1991, etfut envoyé par le roi au pape Nicolas IV. Il fut transféré à Toulouse en 1298.

 

43. Jean 1" de Chevry, sous-chantre de Chartres, ensuite archidiacre de Rouen, et nommé par Boniface VIII, évêque de Carcassonne, mourut le i3 juin 13oo.

 

44- Pierre IV de Rochefort, élu le 17 septembre lico, se joignit » l'appel de Philippe-le-Bel contre le pape Boniface. Il assista au concile général de Vienne en t3il.Il rebâtit une bonne partie de sa cathédrale. Il mourut en mai.

 

45. Guillaume IV de Flavacourt, évêque de Viviers, succéda à Pierre le 27 août 1Î22, et passa de-là à l'archevêché d'Auch, ensuite à celui de Rouen.

 

46. Etienne II, siégeait en 1323.

 

47. Pierre V Rodier, noble Auvergnat, siégeait en i324- Il fut fait chancelier de France en i3»i, et mourut en i33o. Le juge-mage ayant saisi les biens de l'Eglise pour droit de régale, pendant la vacance du siège, Arnauld Pomar, archiprêtre et chanoine, en appela pour le chapitre au roi, qui donna une déclaration par laquelle les évêques de Carcassonne se disent exempts du droit de régale.

 

48. Pierre VI de Jean,élu en 133o.

 

49. Gaucelin de Jean, succéda à son cousin le 25 mai >Hj.

 

50. Gilbert

frère de Gaucelin, archidiacre de Montpezat dans l'église de Cahors, nommé par Clément VI en i346, assista au concile de Béziers en 1351.

Il vivait encore en i354.

 

 

51. Arnauld Alberti

doyen de l'église abbatiale, aujourd'hui collégiale de Saint-Iiicr delà Perche dans le diocèse de Limoges, évêque d'Agde, fut transféré à Carcassonne en 1354.

Sous son pontilicat, la cité fut assiégée par Edouard, prince de Galles, et le bourg entièrcincntcorsnmé par le feu.

L'année suivante il passa au siège d'Auch.

5a. Gaufride, transféré de Carpentras en 1356, passa de Carcassonne à Toulouse en 1361,

 

 

53. Etienne Alberti

«lu diocèse de Limoges, nommé en 1361 par Innocent VI, ne fut point sacré.

Il fut fait cardinal par le même pape, et mourut à Viterbe en 1369.

 

54. Jean II Fabra ou Fabri

parent d'Innocent VI, était évêque de Tortose, lorsqu'il fut fait évêque de Carcassonne h la place d'Etienne, devenu cardinal en 136a.

 

Il assista au

 concile des trois provinces tenu à Lavaur en 1368.

 

Il mourut en 1370.

55. Hugues de la Jugie

transféré «le Béziers par Grégoire XI, en 1371.

 

56. Pierre VII Cardesii

administrateur le 17 décembre 1371.

 

57. Pierre VIII de Saint-Martial

lieu de sa naissance, appelé aussi LaChapelle-au-Plas, dans le diocèse de Tulles, évéque de Bieux, puis de Carcassonne en 1374, passa à l'archevêché de Toulouse.

 

 

58. Simon de Cramant!

patriarche d'Alexandrie, et évoque de Poitiers, d'Agde, de Béziers, d'Avignon, d'Agen, archevêque de Reims, cardinal et chancelier du petit roi de Berry et du Poitou, que quelques-uns appellent Dioscore, fut encore nommé administrateur de Carcassonne en 1391.

Il assista au concile de France tenu à Paris par ordre du roi Charles pour l'union de l'Église.

Il abdiqua en 1409 dans le concile de Pise.

 

 

59. Pierre IX Aimeric

commondataire perpétuel de l'évêché de Carcassonne le a5 juillet 1^09.

Il était aussi patriarche d'Alexandrie.

 

60. Gérard ou Guiraud

du Puy, transféré de Mende en i4>3, fut choisi dans l'assemblée de l'université de Paris avec deux autres pour engager Jean XXIII a. céder le pontificat.

Il fut aussi envoyé comme ambassadeur du roi de France au concile de Constance.

Il mourut le 4 septembre 1420.

 

 

61. Godefroi Ier de Pompadour

évoque de Saint-Pons, fut transféré à Carcassonne au mois d'octobre 1420.

Il assista en i/jSo au concile de la province île Narbonne.

Ce fut sous son pontificat que le pape Eugène IV, avec l'agrément du roi de France, consentit à la sécularisation de son chapitre : ce qui fut exécuté le 5 janvier 144°-

Il mourut le i« janvier 1446.

 

62. Jean III d'Etainpes

prévôt de Tulles, camérier apostolique, trésorier de saint Hilaire de Poitiers, doyen de la grande église de SaintPierre, surintendant des finances, confesseur de Jean, «lue de Bourgogne et maîtres des requêtes, succéda à Godefroi au mois d'octobre 144^> et mourut à Nevers le a5 janvier 1455.

 

63. Godefroi II ou Gaufride de Basilhac

élu unanimement par le chapitre et confirmé par la pape Calixte III, le 25 juin 1456. Cependant les chanoines s'étant rassemblés le 11 juillet, en élurent un autre pour leur évéque et envoyèrent le décret de leur seconde élection à Radulfe, vicaire-général de Narbonne.

L'archevêque étant absent, Radulfe, donna jour aux parties pour entendre leurs raisons et juger.

On ignore ce qui fut décidé; mais Godefroi plaida long-temps en cour de Rome et de France, comme il paraît par l'arrêt de l'année 1460, et par le journal de l'église de Carcassonne.

Il y a pourtant apparence qu'il céda enfin, puisque nous le voyons évêque de Ricux en 1 j6a.

64. Jean I Velu Cuàtel, avait passé de Vienne à Nîmes, et de ce dernier siège fut encore transféré à Carcassonne en 1456.

Il eut pour compétiteur, outre Godefroi dont nous Tenons de parler, Matthieu de Graves, désigné par le roi Charles VII.

Mais il était en possession paisible dès le mois de septembre 1459. Il mourut à Toulouse le i5 septembre i4/5.

65. Guiscard ou Guischard d'Aubussou, fut transféré de Cahors à Carcassonne, par Sixte IV en 14?6, et mourut le 24 novembre 1497

 

 

66. Pierre IX d'Auxilion

élu le 6 décembre 1497- Charles VIII, roi de France, ne trouvant point cette élection conforme aux usages de son royaume, nomma Jacques Hurault, qui céda depuis à condition d'une pension annuelle de mille cinq cents livres.

Pierre mourut en i5ia le »4 septembre.

Le siège était encore vacant le 6 mars 1 .'> 14.

 

 

67. Martin de Saint-André

nommé par François I" et confirmé par Léon X, en i.)ai, eut deux compétiteurs, Hugues de Voisins, élu par neuf chanoines, de quinze qu'ils étaient, le 28 septembre 15i2, lequel mourut peu de temps après; et Jean,de Basilhac, élu en conséquence le aa décembre 1516.

Martin l'emporta sur eux, quoiqu'il n'eut été élu que par quatre chanoines, parce qu'il était soutenu par Louis XII et recommandé par les pères du concile de Pise.

Il mourut fort regretté dés gens de lettres, qu'il estimait et dont il était estimé, le a mars 1545.

 

68. Charles de Bourbon

siégeait le 28 août 1546.

II était fils de Charles Ier, duc de Vendôme, et de Françoise d'Alençon, et naquit en 15a3 dans le château de la Ferté-sous- Jouare (Jovis ara)

Il fut premièrement évoque de Nevers en 15@9, de Saintes en 1544, de Carcassonne, après la mort de Saint-André, cardinal, en 1548, et archevêque de Rouen en 155o, retenant toujours l'administration de Carcassonne, qu'il résigna enfin entre les mains du pape en 1553.

 

69. François de Faucon

de Montpellier, chanoine de la Sainte-Chapelle de Paris, abbé de Saint-Jean de Sens, de Villemagne, de Belle-Perche et d'Autrivilliers, conseiller et aumônier du roi, évêque de Tulles, d'Orléans et de Màcon, passa à Carcassonne le 18 janvier 1554, et mourut le 22 septembre 1565.

 

70. Charles de Bourbon

revint par regrès, et céda en faveur du suivant en 1567.

 

71. Vitelli

de l'ancienne famille de ce nom de Città, di Castello en Ombrie, fut d'abord évoque de cette ville en 1554, ensuite fait cardinal par Paul IV, et opta pour l'évêché d'Iînola le 7 février 156o. Protecteur de France, légat de Campauie, il fut aussi un des Pères de la congrégation du concile de Trente et obtint l'évêché de Carcassonne par la résignation du cardinal de Bourbon.

Il mourut à Rome en 1568.

 

 

7a. Annibal de Bucellai

nommé le 23 mars 1569, prit possession en 1572, et mourut en 1601.

 

 

73. Christophe de l'Estang

abbé du Mont-Olive, de Saint-Pierre, de Luzarche et de Mansigarnier, maître de la chapelle du roi, commandeur de l'Ordre du Saint-Esprit, conseiller d'état au parlement de Toulouse, fut d'abord évêque de Lodève, où il eut beaucoup à souffrir de la part du duc de Montmorenci, puis d'Aleth, et enfin de Carcassonne, dont il prit possession le %l\ septembre 16o3-

Il mourut en 1621.

 

74. Vital de l'Estang 

neveu du précédent, lui succéda, et mourut le 28 septembre 165a.

 

 

74. François II de Servien

abbé de More et de Saiut-Jovin, nommé par Louis XIV le 27 mai 1653, fut transféré à Bayeux le 23 mai 165.4.

 

76. Louis I»»,

frère naturel de Bernard de Nogaret de la Valette d'Epernon, pair de France, comte de Foix et gouverneur d'Aquitaine, coadjuteur de Mirepoix, sous le titre d'évêque de Sébaste, fut ordonné en 1629, et transféré à Carcassonne en 1655.

Il mourut en 1679.

 

 

77. Louis d'Anglure de Bourlemont

auditeur de Rote, évêque de Tournai en 1668, de Lavaur en 1669, de Fréjus en 1679, et de Carcassonne la même année, fut transféré l'année suivante à Bordeaux.

 

78. Louis-Joseph Ier d'Adhémarde Monteil de Grignan

ayant été nommé à l'évêché d'Evreux, et n'étant pas confirmé, fut nommé de nouveau à celui de Carcassonne au mois de mai 1681.

Il prit pour coadjuteur celui qui suit en 1718.

Louis mourut en 172a.

 

79. Louis-Joseph II de Châteauneuf de Rochebonne

aumônier du roi, doyen de l'église de Lyon et coadjuteur du précédent, son oncle, en 1718, prit possession le ai juillet 1720, et mourut a la fin de 1729.

 

80. Armand Basin de Besons

né à Paris en 1700, fils de Jacques, maréchal de France, et dé Marie-Marguerite Le Ménestrel, et neveu de l'archevêque de Bordeaux du même nom, qui fut depuis archevêque de Rouen, abbé de Saint-Jovin de Marnes, et nommé évêque en 1730, fut sacré le 14 janvier 1731 dans l'église des Théayps de Paris par l'évéque de Châwns, assisté par les évêques de Tarbes et de Beauvais. 

 

 

81. Jean-Auguste de Ghastenet de Puységur

sacré évêque de Saint Onner en 1775, transféré à Carcaasonne en 1778, et nommé à l'archevêché de Bourges en 1788.

 

82. François-Marie-Fûrtuné de Vintimille

sacré en 1788.

83. Arnaud Ferdinand de la Porte, sacré évêque de Carcarsonne en 180a, mort dans cette ville en 1824.

 

84- Joseph Julien de Saint-Rome Gualy

sacré en 18a5.

 

Repost 0
Published by La Cité du Vatican - dans EVEQUES
commenter cet article
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 23:00

Evêques de Constance (Konstanz) 

Frédéric de Nellenbourg

( ? - ? )
Evêque de Constance et Prince du Saint-Empire
(1398 - obédience de Rome)
http://www.heraldique.org

Evêques de Constance (Konstanz) 

Bouchard de Hewen
( ? - 1398)
Evêque de Constance et Prince du Saint-Empire
(1388 - obédience de Rome)

Evêques de Constance (Konstanz) 

Henri Peyer (Bayler)
( ? - v.1421)
Evêque-Comte de Valence et Die (1388),
Adminstrateur apostolique de Constance (1388, obédience d'Avignon)
puis Evêque-Comte d'Alet (1390)

 

Repost 0
Published by La Cité du Vatican - dans EVEQUES
commenter cet article
3 avril 2016 7 03 /04 /avril /2016 23:00

blason

Robert Chapuis

http://www.maitrisiens.com/pages_perso/images/chapuisrobert.jpg

 

 

né le 4 avril 1935 à Vescemont

mort le 8 mars 2009 à Epron, Calvados

 

Obsèques à Epron, mercredi 11 mars à 10 h 30.

 

évêque catholique français

 

ancien membre des Missions étrangères de Paris

évêque émérite de Mananjary à Madagascar à partir de 1973.

 

Repères biographiques 

Entré aux Missions étrangères de Paris, Robert Chapuis a été ordonné prêtre le 22 décembre 1962.

 

Nommé évêque de Mananjary à Madagascar à l'âge de 33 ans le 9 avril 1968, il est consacré le 23 juin suivant par Mgr Gilbert Ramanantoanina, évêque jésuite.

 

Renonçant à la prêtrise, il se retire 5 ans plus tard, le 29 décembre 1973.

 

Il a été élève à la Maîtrise de 1948 à 1954.

"Le diocèse de Mananjary fut créé en 1968 et son premier évêque, Mgr Robert Chapuis, mit aussitôt en route une pastorale de responsabilisation des laïcs.
Les districts missionnaires de brousse s'étoffèrent, catéchistes, inspecteurs, comités, commissions diverses, jeunes et enfants reçurent une formation
par des rencontres courtes et répétées et des sessions plus longues.Un Conseil pastoral, composé en majorité de laïcs, fut érigé et est convoqué chaque année
par l'évêque. Un Directoire pastoral fut établi, publié et appliqué." (source MEP)

 


Repost 0
Published by La Cité du Vatican - dans EVEQUES
commenter cet article
25 août 2015 2 25 /08 /août /2015 23:00

Evêques de Condom

Emmanuel Henri Timoléon de Cossé-Brissac

(Paris, 12 octobre 1698 - Paris, 26 août 1757)

Abbé de Fontfroide, de Saint-Urbin
Vicaire-Général de Lyon
Aumônier du Roi
Agent Général du Clergé (1730)
Evêque de Condom (1735)
Repost 0
Published by La Cité du Vatican - dans EVEQUES
commenter cet article
24 août 2015 1 24 /08 /août /2015 23:00

Evêques de Condom

Robert de Gontaut de Biron

  • Religieux, évêque de Condom, Gers en 1565
  • Né en 1499
  • Décédé le 25 août 1569 à l'âge de 70 ans

Parents

Repost 0
Published by La Cité du Vatican - dans EVEQUES
commenter cet article
12 juillet 2015 7 12 /07 /juillet /2015 23:00

Evêques de Condom - Jean Du Chemin

Jean Du Chemin

(Treignac, v.1540 - La Cassagne, juillet 1616)
Evêque de Condom (1581)
Repost 0
Published by La Cité du Vatican - dans EVEQUES
commenter cet article
8 juillet 2015 3 08 /07 /juillet /2015 23:00

Evêques de Condom

Mathieu Ysoré d’Hervault

(Bossay-sur-Chaise, 1647 - Paris, 9 juillet 1716)

Abbé de Saint-Maixent, de Saint-Jean-d’Angély
Evêque de Condom (1693-1693),
puis Archevêque de Tours (1693)
Repost 0
Published by La Cité du Vatican - dans EVEQUES
commenter cet article
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 23:00

Evêques de Condom


Armes de Mgr d'Estrades au Palais abbatial de St-Melaine de Rennes

Écartelé aux premier et quatrième de gueules au palmier d'or terrassé de sinople, au lion léopardé d'argent couché au pied; aux deuxième et troisième d'azur à la fasce d'or accompagnée au chef de deux coquilles du même et en pointe d'un croissant d'argent.
Jean d’Estrades

(Agen, 1608 - Rennes, 12 juin 1684)

Evêque de Périgueux (1646)
puis Evêque de Condom (1648)
puis Emérite de Condom (1659)

Jean d'Estrades (?-1685) a été évêque de Périgueux puis évêque de Condom au XVIIe siècle.

Carrière ecclésiastique

Fils de Francois d'Estrades, gentilhomme de la Chambre du Roi et de Suzanne de Secondat de Roques, Jean d'Estrades naquit dans une noble famille de l'agenais devant être apparentée plus tard avec le fameux Montesquieu.

 

Frère du diplomate et maréchal de France Godefroi, Comte d'Estrades, Jean d'Estrades fut destiné en tant que cadet à la carrière ecclésiastique.


Pourvu de l'abbaye de Bonnefont au Diocèse de Comminges, il fut nommé évêque de Périgueux par le roi en 1646 avant que d'être transféré au Diocèse de Condom en septembre 1647.

 

Il résigna cette charge en 1659.

 

Prieur commendataire de Saint-Magloire de Léhon au Diocèse de Saint-Malo (1670-1674), abbé de Chaalis, il permuta ce dernier bénéfice avec Jules de Lionne, abbé de Saint-Melaine à Rennes, prenant possession de son abbaye le 14 août 1667.

 

Cette dernière ayant subi un incendie dans la nuit des 18-19 mars 1665, Jean d'Estrades s'attachat à poursuivre et accompagner le relèvement spirituel de son abbaye (entamé en 1627 par l'introduction de la Réforme de Saint-Maur) par la restauration matérielle des bâtiments monastiques, l'actuelle tour de l'abbatiale, le cloître et le manoir attenant étant alors érigés.


Jean d'Estrades s'éteignit le 12 juin 1685, son neveu, Jean-François d'Estrades lui succédant sur le trône abbatial rennais.

 

Il fut enterré dans le chœur des moines de Saint-Melaine.

 

 

Sources

  • Chanoine Amédée Guillotin de Corson, Pouillé historique de l'archevêché de Rennes, Rennes, Fougeray et Paris, René Haton, 1880-1886, 6 vol. in-8° br., couv. impr. (disponible sur Gallica)

 

 

Repost 0
Published by La Cité du Vatican - dans EVEQUES
commenter cet article